图书馆 图书馆
搜索

Kurdipedia是世界上最大的为库尔德信息来源!


Search Options





高级搜索      键盘


搜索
高级搜索
图书馆
库尔德人的名字
大事年表
来源
历史
用户集合
活动
搜索帮助吗?
出版
Video
分类
随机项目!
发送
发送文章
发送图片
Survey
你的反馈
联系
我们需要什么样的信息!
标准的属性
条款使用
项目质量
工具
大约
Kurdipedia Archivists
关于我们的文章!
添加到您的网站Kurdipedia
添加/删除电子邮件
访客统计
商品统计
字体转换器
日历转换器
语言和方言的页面
键盘
方便的链接
Kurdipedia extension for Google Chrome
Cookies
语言
کوردیی ناوەڕاست
کرمانجی - کوردیی سەروو
Kurmancî - Kurdîy Serû
هەورامی
Zazakî
English
Française
Deutsch
عربي
فارسی
Türkçe
Nederlands
Svenska
Español
Italiano
עברית
Pусский
Norsk
日本人
中国的
Հայերեն
Ελληνική
لەکی
Azərbaycanca
我的帐户
登录
会员!
忘记密码!
搜索 发送 工具 语言 我的帐户
高级搜索
图书馆
库尔德人的名字
大事年表
来源
历史
用户集合
活动
搜索帮助吗?
出版
Video
分类
随机项目!
发送文章
发送图片
Survey
你的反馈
联系
我们需要什么样的信息!
标准的属性
条款使用
项目质量
大约
Kurdipedia Archivists
关于我们的文章!
添加到您的网站Kurdipedia
添加/删除电子邮件
访客统计
商品统计
字体转换器
日历转换器
语言和方言的页面
键盘
方便的链接
Kurdipedia extension for Google Chrome
Cookies
کوردیی ناوەڕاست
کرمانجی - کوردیی سەروو
Kurmancî - Kurdîy Serû
هەورامی
Zazakî
English
Française
Deutsch
عربي
فارسی
Türkçe
Nederlands
Svenska
Español
Italiano
עברית
Pусский
Norsk
日本人
中国的
Հայերեն
Ελληνική
لەکی
Azərbaycanca
登录
会员!
忘记密码!
        
 kurdipedia.org 2008 - 2024
 大约
 随机项目!
 条款使用
 Kurdipedia Archivists
 你的反馈
 用户集合
 大事年表
 活动 - Kurdipedia
 帮助
新项目
统计属性
文章 519,075
图片 106,706
书籍 19,299
相关文件 97,346
Video 1,392
传记
塔拉巴尼
的地方
迪亚巴克尔
的地方
埃尔比勒
图像和说明
正在接受割礼的七岁少女,库尔德斯坦
Abdul Rahman Ghassemlou
小组: 烈士 | 文章语言: Française
Share
Facebook0
Twitter0
Telegram0
LinkedIn0
WhatsApp0
Viber0
SMS0
Facebook Messenger0
E-Mail0
Copy Link0
排名项目
优秀
非常好
平均
添加到我的收藏
关于这个项目,您的评论!
项目历史
Metadata
RSS
所选项目相关的图像搜索在谷歌!
搜索在谷歌选定的项目!
کوردیی ناوەڕاست1
Kurmancî - Kurdîy Serû0
English0
عربي0
فارسی0
Türkçe0
עברית0
Deutsch0
Español0
Italiano0
Nederlands0
Svenska0
Ελληνική0
Azərbaycanca0
Fins0
Norsk0
Pусский0
Հայերեն0
中国的0
日本人0

Abdul Rahman Ghassemlou

Abdul Rahman Ghassemlou
Abdul Rahman Ghassemlou (22 décembre 1930 - 13 juillet 1989) était un homme politique kurde et un dirigeant kurde. Ghassemlou a été secrétaire général du Parti démocratique du Kurdistan iranien (KDPI) de 1973 jusqu'à son assassinat en 1989 par des individus soupçonnés d'être des agents de la République islamique d'Iran.[2][3][4]
Première vie et éducation
Né à Rezaieh, en Azerbaïdjan occidental, en Iran, dans une riche famille féodale, son père était Mohammad Vesugh Ghassemlou, un nationaliste kurde propriétaire terrien Agha et Khan de la tribu kurde Shekak, né en 1875. Sa mère était Nana Jan Timsar, une chrétienne assyrienne. Son père était un conseiller du Shah d'Iran, qui lui a donné le titre de Wussuq-e Divan. Il a terminé ses premières études à Ourmia puis à Téhéran. Il a été témoin de l'ère de la République de Mahabad et est devenu membre co-fondateur de l'aile jeunesse du PDK-I à l'âge de 15 ans. Ghassemlou a déménagé en France pour poursuivre ses études à la Sorbonne. Il a rencontré sa femme Helen Krulich en Tchécoslovaquie. Ils ont eu deux filles ensemble, Mina (1953) et Hewa (1955).[5][6]
Ghassemlou parlait couramment 8 langues ; kurde, assyrien, persan, arabe, azerbaïdjanais, français, anglais, tchèque et russe. Il connaissait également l'allemand, le slovaque et le polonais.[7][8][9]

Carrière
Ghassemlou est retourné au Kurdistan en 1952 après avoir terminé ses études. Il a ensuite passé plusieurs années en tant que militant actif dans les domaines militaires kurdes. [citation nécessaire] En 1973, lors du troisième congrès du PDKI, il est élu au poste de secrétaire général du parti, poste auquel il est réélu. plusieurs fois jusqu'à son assassinat.
En 1979, son parti soutient la révolution qui se solde par la chute de Mohammad Reza Shah Pahlavi. Khomeiny considérait leur dernière heure de participation à la révolution comme opportuniste. Les Kurdes appartenant au parti avaient envahi les complexes militaires dans les zones kurdes. Khomeiny a exigé que tous les groupes armés fassent partie d'une seule organisation révolutionnaire et a demandé que les soldats kurdes « rendent » leurs armes. Ghasemlou a exigé l'autonomie des Kurdes et a refusé de déposer les armes. Le parti a boycotté le référendum sur la nouvelle constitution. Suite à deux affrontements sanglants entre le peuple kurde et les forces loyales à Khomeiny, la lutte kurde s'est transformée en guerre. Peu de temps après le début de la rébellion armée kurde, l'ayatollah Khomeiny a déclaré une « guerre sainte » contre le PDKI et le Kurdistan.[10] Ce fut le début de la confrontation du parti et du nouvel État, qui se solda par une défaite militaire des rebelles kurdes. En 1982, Ghassemlou a tenté de renverser les religieux chiites dans une alliance avec l'ancien président iranien démis de ses fonctions Abolhassan Banisadr, mais Banisadr a refusé de rejoindre son alliance pro-kurde en raison des ambitions d'indépendance des Kurdes.[11] Le conflit armé s'est poursuivi jusqu'en 1984 au milieu de la guerre Iran-Irak (1980-1988) où les deux pays ont soutenu les rebelles armés sur le territoire de l'autre.
Après la défaite de la rébellion armée, Ghassemlou s'installe à Paris et rejoint le Conseil national de la Résistance iranienne fondé par le PDKI et d'autres forces d'opposition : les Moudjahidine du peuple islamiste-marxiste, le Front national démocratique libéral-gauchiste, la Gauche unie de petits groupements socialistes, et l'ancien président islamiste indépendant de gauche Abolhassan Bani Sadr en octobre 1981.[12]

Livres
Kurdistan et Kurde est un livre sur l'histoire des Kurdes et de leur terre écrit par Ghassemlou et publié en 1964 en slovaque, 1965 en anglais, 1967 en arabe, 1969 en polonais et 1973 en kurde.[13][14]

Assassinat et funérailles
Informations complémentaires: Liste des assassinats iraniens
En 1988, après la fin de la guerre, le gouvernement iranien a décidé de le rencontrer. Plusieurs réunions suivirent à Vienne[15], les 28 décembre, 30 décembre et 20 janvier 1989. Une autre réunion fut fixée au 13 juillet, toujours à Vienne.
La délégation de Téhéran était comme avant, à savoir Mohammed Jafar Sahraroudi et Hadji Moustafawi, sauf que cette fois il y avait aussi un troisième membre : Amir Mansur Bozorgian qui était garde du corps. Les Kurdes avaient également une délégation de trois hommes : Abdul Rahman Ghassemlou, son assistant Abdullah Ghaderi Azar (un membre du Comité central du PDKI) et Fadhil Rassoul, un professeur d'université kurde irakien qui avait agi comme médiateur.
The next day, 13 July 1989, in the very room where the negotiation took place, Ghassemlou was killed by three bullets fired at very close range.[16][17] His assistant Ghaderi Azar was hit by eleven bullets and Rassoul by five. Hadji Moustafawi succeeded in escaping. Mohammad Jafar Sahraroudi received minor injuries and was taken to a hospital, questioned and allowed to go. Amir Mansur Bozorgian was released after 24 hours in police custody and took refuge in the Iranian Embassy.[18]
His deputy, Sadegh Sharafkandi, succeeded Ghassemlou as secretary-general until his assassination on 17 September 1992 in the Mykonos restaurant in Berlin, Germany. Abdullah Ghaderi Azar and Abdul Rahman Ghassemlou were buried on 20 July in Paris at Père Lachaise Cemetery.

Enquête
Selon PDKI

Fin novembre 1989, les tribunaux autrichiens ont délivré un mandat d'arrêt à l'encontre des trois représentants iraniens et le gouvernement autrichien a expressément accusé le gouvernement iranien d'être à l'origine de l'attentat contre Abdul Rahman Ghassemlou.[19]

Les trois représentants du gouvernement iranien dans les négociations avec les dirigeants kurdes sont rentrés librement en Iran. L'un d'eux n'avait jamais été détenu, l'un a été escorté par la police autrichienne à l'aéroport de Vienne neuf jours après l'assassinat, et le troisième, après une nuit d'arrestation, a passé quelques mois à l'ambassade d'Iran à Vienne avant de disparaître de L'Autriche. L'un des suspects était Mohamed Magaby, dont les manifestants kurdes à Vienne ont demandé l'arrestation et l'interdiction de voyager. Les mandats d'arrêt contre eux n'ont été délivrés qu'en novembre 1989. Les mandats n'ont jamais été exécutés. Contrairement au procès allemand de Mykonos pour l'assassinat du successeur de Ghassemlou, Sadegh Sharafkandi à Berlin, l'assassinat de Vienne n'a jamais été clarifié par aucun tribunal. Le verdict de Mykonos du 1er avril 1997 impute au gouvernement iranien de l'époque la responsabilité des meurtres de Berlin et de Vienne.[20]

Références
1. L'Assemblée d'experts de 1979 pour la rédaction de l'élection de la Constitution, The Iran Social Science Data Portal, Princeton University, archivé de l'original le 24 août 2015 , récupéré le 10 août 2015
2. Dr A. R. Ghassemlou. saradistribution.com.
3. Asso Hassan Zadeh. L'héritage d'Abdulrahman Ghassemlou, 25 ans après son assassinat. Rudaw.
4. Prunhuber, Carol (2020). Abdul Rahman Ghassemlou et la Résistance kurde en Iran. Les Kurdes au Moyen-Orient : problèmes persistants et nouvelles dynamiques.
5. Fatehi, Tara (27 septembre 2012). Dr Abdul Rahman Ghassemlou. Magazine Média.
6. Dr Abdul Rahman Ghassemlou. Parti démocratique du Kurdistan iranien. 1er septembre 2017.
7. Dr Abdul Rahman Ghassemlou. Sarah Distribution. Récupéré le 1er février 2013.
8.Carol Prunhuber (26 mai 2010). J'ai écrit le livre pour dénoncer l'assassinat par le régime iranien et la complicité des autorités autrichiennes. Chambre des lords. Archivé de l'original le 12 décembre 2013. Récupéré le 1er février 2013.
9. Prunhuber, Carol (2010). La passion et la mort de Rahman le Kurde : Dreaming Kurdistan. iUnivers. ISBN 9781440178160. Archivé de l'original le 25 août 2013. Récupéré le 1er février 2013.
10. Prague Ghassemlou. Yekta Uzunoglu. Récupéré le 4 juillet 2018.
11. Entessar, Nader (1992). Ethnonationalisme kurde. Éditeurs Lynn Rienner. p. 130–131. ISBN 978-1-55587-250-2.
12. Sreberny-Mohammadi, Annabelle; Ali Mohammadi (janvier 1987). Exils iraniens post-révolutionnaires: une étude sur l'impuissance. Trimestrielle du tiers monde. 9 (1): 108–129. 13.doi:10.1080/01436598708419964. JSTOR 3991849
14.En ligneGhassemlou, D. Abdul R. (2006). Kurdistan et Kurde (éd. kurde). Erbil : Rojhalat. p. 349.
15. Gérard Chaliand. (2020). Introduction et traduction par David Tokmatchi 40 Ans of Luttes: Abdul-Rahman Ghassemlou
16. Etats-Unis: l'assassinat par l'Iran du Dr Abdul Rahman Ghassemlou. Youtube. Archivé de l'original le 14 décembre 2021.
17. Otage - 4. Yekta Uzunoglu. Récupéré le 4 juillet 2018.
18. Dan Geist (6 août 2011). ' Un horizon plus sombre ': L'assassinat de Shapour Bakhtiar . PBS. Récupéré le 19 mai 2016.
19. La vie et la mort d'Abdul Rahman Ghassemlou (1930-1989). Archivé de l'original le 19 août 2011.
20. Profil du Dr Abdul Rahman Ghassemlou. Archivé de l'original le 11 mars 2011.
21. Roya Hakakian (4 octobre 2007). La fin de l'Iranien indispensable. Spiegel Online International. Récupéré le 1er janvier 2012.[1]
此项目已被写入(Française)的语言,点击图标,以在原来的语言打开的项目!
Cet article a été écrit en (Française) langue, cliquez sur l'icône pour ouvrir l'élément dans la langue originale!
此产品已被浏览4,777
HashTag
来源
[1] | English | wikipedia.org
相关文件: 1
挂钩项目: 16
小组: 烈士
文章语言: Française
Cause of death: No specified T4 630
Education level: No specified T4 555
No specified T3 81: Austria
No specified T3 82: Urumiya
No specified T3 85: 东库尔德斯坦
人键: 作家
性别:
方言: 法国
方言: 英语
方言: 波斯
Technical Metadata
这资料的版权已发出Kurdipedia的项目的所有者!
项目质量: 99%
99%
添加( ڕاپەر عوسمان عوزێری 12-06-2022
本文已被审查并发布( ڕۆژگار کەرکووکی )on13-06-2022
此产品最近更新( ڕۆژگار کەرکووکی ):13-06-2022
URL
此产品根据Kurdipedia的美元尚未敲定!
此产品已被浏览4,777
Kurdipedia是世界上最大的为库尔德信息来源!
图像和说明
正在接受割礼的七岁少女,库尔德斯坦

Actual
传记
塔拉巴尼
20-10-2013
هاوڕێ باخەوان
塔拉巴尼
的地方
迪亚巴克尔
20-10-2013
هاوڕێ باخەوان
迪亚巴克尔
的地方
埃尔比勒
20-10-2013
هاوڕێ باخەوان
埃尔比勒
图像和说明
正在接受割礼的七岁少女,库尔德斯坦
20-10-2013
هاوڕێ باخەوان
正在接受割礼的七岁少女,库尔德斯坦
新项目
统计属性
文章 519,075
图片 106,706
书籍 19,299
相关文件 97,346
Video 1,392
Kurdipedia是世界上最大的为库尔德信息来源!
图像和说明
正在接受割礼的七岁少女,库尔德斯坦

Kurdipedia.org (2008 - 2024) version: 15.5
| 联系 | CSS3 | HTML5

| 页面生成时间:秒!